Le Dossier contre l’UNRWA

Le Dossier contre l’UNRWA

Traduction de l’intervention de Hillel Neuer, directeur de UN Watch, devant le Congrès des États-Unis, la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, audition conjointe de la sous-commission sur la surveillance et la responsabilité et la sous-commission sur la santé mondiale, les droits de l’homme dans le monde et les organisations internationales, 30 janvier 2024

https://unwatch.org/the-case-against-unrwa/

Présidents, membres de haut rang et membres du comité : Merci de m’avoir invité à témoigner aujourd’hui.

Logo UNRWAPendant des années, l’UNRWA et ses partisans nous ont dit que l’agence effectuait un « travail qui sauve des vies » et que ses enseignants offraient aux étudiants palestiniens une éducation qui « promeut les droits de l’homme, la tolérance, l’égalité et la non-discrimination ». Aujourd’hui, plus que jamais – et je veux dire littéralement aujourd’hui, à la lumière des reportages d’hier qui ont fait l’effet d’une bombe dans le Wall Street Journal, Reuters et ailleurs – nous savons maintenant que c’était un mensonge.

Grâce à ces révélations et à d’autres de ces derniers jours, nous savons qu’à Gaza, au moins 12 employés de l’UNRWA ont personnellement participé au massacre du 7 octobre, qui a impliqué le meurtre de 1200 Israéliens ainsi que des viols massifs, des tortures et des mutilations. Le secrétaire d’État Blinken a déclaré hier : « Ces rapports des services de renseignement sont hautement, hautement crédibles. »

Le monde a également appris hier que 1200 employés de l’UNRWA à Gaza font partie du Hamas ou du Jihad islamique, c’est-à-dire de véritables agents au sein des organisations politiques et militaires. Enfin, on estime que 6000 employés de l’UNRWA, soit la moitié du personnel de l’UNRWA à Gaza, ont des membres de leurs familles proches au sein de ces organisations terroristes.

Elham Mansour, un enseignant de l’UNRWA : « Par Allah, quiconque peut tuer et massacrer n’importe quel criminel sioniste ou israélien et ne le fait pas ne mérite pas de vivre. Tuez-les et poursuivez-les partout. Ils sont le plus grand ennemi. Tout ce qu’Israël mérite, c’est la mort. »

Aujourd’hui, les principaux donateurs de l’UNRWA, les États-Unis, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, le Canada et bien d’autres, viennent d’annoncer qu’ils gelaient leurs fonds.

C’est pourquoi je suis venu aujourd’hui de Genève pour présenter au Congrès notre dossier contre l’UNRWA. Je suis venu ici pour demander au Congrès des États-Unis, qui est le plus grand donateur de l’UNRWA avec plus de 300 millions de dollars par an, de non seulement suspendre, mais de mettre fin définitivement au financement – et de prendre l’initiative de dissoudre une organisation qui est truffé d’incitations à la haine, d’implication dans le terrorisme et de perpétuation de la guerre.

Sur la veste d'un terroriste du Hamas trouvé durant la guerre Israël-Hamas (2023-2024), un badge de l'UNRWA trouvé lui appartenant

Sur la veste d’un terroriste du Hamas trouvé durant la guerre Israël-Hamas (2023-2024), un badge de l’UNRWA trouvé lui appartenant

Les membres du comité trouveront toutes les preuves que je présente ici sur notre site Web sous « The Case Against UNRWA ».

Vendredi, le secrétaire général Guterres a annoncé qu’il était « horrifié » d’apprendre que des membres de son personnel de l’UNRWA étaient impliqués dans le terrorisme.

M. Guterres le savait. Le chef de l’UNRWA le savait. Les Nations Unies le savaient. Ils ont simplement choisi de ne pas agir.

 

Membres du Comité : Je suis ici pour témoigner et attester que le Secrétaire général Guterres, le chef de l’UNRWA Philippe Lazzarini, leurs prédécesseurs et leurs collègues de haut rang ne pouvaient pas être choqués que les employés de l’UNRWA soient impliqués dans le terrorisme.

UNRWA des enseignants incitent à la haine et à la violence

Apologie d’Hitler par des enseignants de l’UNRWA

l’UNRWA, des preuves d’une incitation généralisée et systématique au terrorisme djihadiste, l’éloge du leader nazi Adolf Hitler, des appels au massacre des Juifs de la part des enseignants, des directeurs d’école et d’autres employés de l’UNRWA.

Éducation de l'UNRWA : manuels scolaires et terrorisme, page de garde du rapport 2023 de l'ONG IMPACT-seCes rapports font de 10 à 200 pages. Par exemple, rien qu’en novembre [2023], nous avons envoyé un rapport sur 20 enseignants qui ont célébré le massacre du 7 octobre.

En mars [2023], en collaboration avec IMPACT-se, nous avons identifié 133 enseignants et membres du personnel de l’UNRWA qui faisaient la promotion de la haine et de la violence sur les réseaux sociaux.

En juin 2022, nous avons publié un rapport intitulé « Les enseignants de la haine de l’UNRWA ».  Il comprenait le message suivant sur Facebook d’Elham Mansour, un enseignant de l’UNRWA : « Par Allah, quiconque peut tuer et massacrer n’importe quel criminel sioniste ou israélien et ne le fait pas ne mérite pas de vivre. Tuez-les et poursuivez-les partout. Ils sont le plus grand ennemi. Tout ce qu’Israël mérite, c’est la mort. »  Il s’agit d’une déclaration d’un enseignant de l’UNRWA sur Facebook. Nous l’avons envoyé à l’ONU. Ils n’ont rien fait.

Tweet d'Elsham Mansour, enseignant de l'UNRWA, d'avril 2022

Tweet d’Elsham Mansour, enseignant de l’UNRWA, d’avril 2022

Nous leur avons envoyé des rapports en 2021.

En 2019 : https://unwatch.org/exposed-unrwa-staff-still-posting-jihadi-terrorism-and-antisemitism-on-facebook/

En 2017 : https://unwatch.org/130-page-report-unrwa-teachers-incite-terrorism-antisemitism/

Et en 2015, de nombreux rapports :

Ils ne nous ont jamais contactés pour obtenir des informations. Ils ont refusé nos demandes écrites répétées de nous rencontrer pour discuter du problème.

Ils ne peuvent pas dire qu’ils ne le savaient pas. M. Guterres le savait. Le chef de l’UNRWA le savait. Les Nations Unies le savaient. Ils ont simplement choisi de ne pas agir.

Mais c’est bien pire que ça. Dès le début, leur réponse à nos rapports a été de nous attaquer pour avoir fait le travail qu’ils n’ont pas fait. Si nous regardons Chris Gunness, le porte-parole de longue date de l’UNRWA – il est maintenant revenu comme substitut, donnant des interviews sur Al-jazeera – il a déclaré sur Twitter ce qui suit, en réponse à nos rapports :

  • « Appel aux journalistes : s’il vous plaît, ne transformez pas les allégations sans fondement d’UN Watch concernant l’antisémitisme en une histoire de type « il a dit, elle a dit ». C’est une non-histoire »
  • « UN Watch se ridiculise encore une fois. Leur crédibilité est morte dans l’eau. Est-ce que quelqu’un les croira encore ? »
  • « Je souhaite en savoir plus sur les affiliations politiques et financières d’UN Watch depuis sa création. Quelqu’un peut-il me conseiller ? »

Telle fut leur réponse : salir le messager. Ils ne souhaitent pas découvrir la racine du problème de l’incitation au terrorisme.

En juin 2022, lorsque, sous la pression des États-Unis, ils ont dû suspendre six de leurs employés sur dix que nous avions dénoncés, la commissaire générale adjointe de l’UNRWA, Leni Stenseth, aujourd’hui directrice générale du ministère norvégien des Affaires étrangères, a informé les États donateurs, et a écrit sur son site Internet, que « la véritable intention de UN Watch est de détruire et non de construire et d’inviter au conflit, et non de construire une paix durable ».

Rapport TERRORGRAM sur le réseau Telegram de professionnels de l'UNRWA soutenant activement le terrorismeAujourd’hui, les États-Unis et d’autres donateurs ont demandé à l’UNRWA d’enquêter et de garantir les responsabilités. Je peux vous le dire, pendant une décennie, l’UNRWA s’est montré réticent, incapable et inapte.

Aujourd’hui, je souhaite présenter notre nouveau rapport, intitulé « UNRWA’s Terrorgram », que j’ai remis à chacun des membres et qui se trouve sur notre site Internet.

Dans ce rapport, nous documentons un groupe de discussion par télégramme de plus de 3000 enseignants de l’UNRWA à Gaza qui regorge de messages, de photos et de vidéos acclamant et célébrant le massacre du 7 octobre. C’est le cas par exemple de Safaa Mohammed Al-Najjar, qui est professeur d’informatique à l’UNRWA à Gaza et administratrice de ce groupe Telegram le matin du 7 octobre, qui a célébré le massacre en postant des vidéos. Elle a fait l’éloge des « moudjahidines » du Hamas, les saints guerriers, qui ont massacré, mutilé et violé des Israéliens.

Abdallah Mehjaz, professeur d’anglais à l’UNRWA, a partagé un message du Hamas exhortant les Gazaouis à rester sur place, à ignorer les messages israéliens leur demandant d’évacuer pour leur sécurité, effectuant ainsi le travail du Hamas, et à demander aux Gazaouis de servir de boucliers humains. C’est un enseignant de l’UNRWA.

Israa Abdul Kareem Mezher, un enseignant d’une école primaire, a salué les terroristes du Hamas en disant : « Qu’Allah garde leurs pieds stables et guide leur objectif. » Lorsqu’un membre du groupe a demandé par quoi avaient été élevés ces « héros », les terroristes, alors qu’ils perpétraient le massacre, Mezher a répondu : « Ils ont bu le jihad et la résistance avec le lait de leur mère ». Et quelques jours plus tard, cet enseignant de l’UNRWA a demandé au Hamas d’exécuter ses otages israéliens.

Lorsque Stéphane Dujarric, le porte-parole de l’ONU, a été interrogé sur nos informations, il a répondu le 11 janvier : « Je veux dire, UN Watch, ils ont un bilan. Et je pense que de notre côté, cela parle de lui-même. Il a essayé de nous dénigrer. »

Pour conclure : nous sommes confrontés à une incitation massive au terrorisme. Des personnalités éminentes ont dit : « des pommes pourries… Ce ne sont que quelques pommes pourries. » Non. Nous parlons de 1200 employés de l’UNRWA qui appartiennent en réalité à des organisations terroristes ; 3000 enseignants de l’UNRWA dans ce groupe Telegram ; 6000 employés de l’UNRWA dont les membres de la famille appartiennent au Hamas ou au Jihad islamique. Il ne s’agit pas ici d’un problème de « pommes pourries » ; L’UNRWA est pourri jusqu’à la moelle. Nous parlons d’incitation ; nous parlons d’actes de violence réelle ; enfin, venons-en au problème principal, et c’est sur ce que je conclus.

Le problème central de l’UNRWA, le but même de l’agence, est de perpétuer la guerre de 1948, d’envoyer le message aux Palestiniens que la guerre de 1948 n’est pas terminée. N’utilisez pas de ciment pour construire des maisons, des hôpitaux et des écoles ici à Gaza. Utilisez-le pour construire des centaines de kilomètres de tunnels terroristes, pour pénétrer en Israël, pour envahir Israël, pour retourner là où se trouvent vos véritables foyers. Tel est le message de l’UNRWA. Nous ne devrions donc pas être surpris par ce qui s’est passé le 7 octobre car c’est le message que ces Palestiniens ont reçu pendant plus de 70 ans dans les écoles de l’UNRWA.

L’UNRWA est un échec. Il faut reconnaître les propos du ministre suisse des Affaires étrangères, Ignacio Cassis. Et la Suisse est un pays qui soutient historiquement l’ONU. Il a déclaré ce qui suit : « L’UNRWA fait désormais partie du problème. Elle fournit les munitions nécessaires à la poursuite du conflit. En soutenant l’UNRWA, nous maintenons le conflit en vie. C’est une logique perverse. » https://twitter.com/HillelNeuer/status/1751366062807945622

Et je suis ici pour dire : si les États-Unis et les autres gouvernements qui financent l’UNRWA se soucient réellement d’aider les Palestiniens et les Israéliens, il est temps de mettre fin à cette logique perverse. Nous demandons au Congrès de prendre l’initiative de dissoudre cette agence.

Merci beaucoup.

 

Audition Hillel Neuer, directeur de UN Watch, devant Congres américain, à propos de l’UNRWA, 30 janvier 2024

@UNWatch

@HillelNeuer

 

Pour compléter ce dossier, un tweet de Joël Rubinfeld qui pointe l’aberration de l’UNRWA, et donne les liens vers 11 rapports que UN Watch a envoyé à l’ONU :

 

Vous aimez ? Partagez...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.