Répondre à l’accusation d’Apartheid ?

Répondre à l’accusation d’Apartheid ?

L’Ukraine est dans toutes les têtes. L’Ukraine, mais aussi la Russie bien sûr, et en particulier sa propagande. Génocide des russophones, Russie menacée par l’Ukraine, clique de narco-nazis au gouvernement ukrainien…personne n’est dupe, y compris en Russie même où la contestation ose s’exprimer malgré les hauts risques encourus. Personne n’est dupe ? En fait certains le sont, et comprennent que Poutine se sente « menacé » par la « vile Ukraine », qu’il veuille « défendre » les russophones du Donbass etc.

Quel rapport avec l’accusation d’apartheid à l’encontre d’Israël ?

Le rapport, c’est la propagande, et c’est la Russie. C’est le KGB qui a crée le concept de desinformatsia pour diffuser sa propagande via des organisations et des agents d’influence, parmi lesquels l’OLP et Yasser Arafat. Il s’agissait alors de financer et manipuler ce bourgeois égyptien afin d’en faire le chantre de la lutte contre « l’impérialisme », puis contre le « sionisme impérialiste »1. Ensuite, de glissement sémantique en échec à détruire Israël (guerre de 67 et de 73), il y eut le sionisme = racisme2 voté à l’ONU en 1975, et, après quelques tentatives de nazification des Israéliens, quelques essais d’inversion du genre Israël = État terroriste, notre fameux apartheid israélien.

On voit donc que la propagande, outil central de l’URSS et de la Russie d’aujourd’hui (via les réseaux sociaux notamment), ne s’est jamais tarie depuis les années 60, passant du KGB au leadership arabe puis perfusant des ONG. Aujourd’hui, c’est donc tout naturellement que Human Rights Watch (en 2021) et Amnesty International (en 2022) consacrent une bonne part de leurs ressources à tenter d’associer Israël à l’Apartheid.

Or les faits, tous les faits, démentent cette association. Nous avons compilé certains articles clés dans un dossier « Apartheid », car « celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu » disait le grand Bertolt Brecht. Mais que peuvent les faits contre la propagande ? À la vérité, par grand-chose.

sticker de propagande terrorisme d'Etat israélienCe que nous avons vu, c’est que le travail de sape de l’État juif – l’État juif et démocratique- dure depuis des décennies. Il s’est structuré et professionnalisé. La plateforme des ONG pour la Palestine, par exemple, est en fait un vivier d’associations anti-israéliennes qui coordonne toute une armée de petits soldats bien disciplinés agissant partout en France. Exemple de travail de propagande bien huilé : le placardage sur tous le mobilier urbain de ces petits autocollants jaunes (qui ne les a pas vus ?) avec 3 petits mots simples et efficaces : « Israël État terroriste », qui s’est ensuite décliné en « Israël Apartheid ».

 « Notre rapport révèle la véritable ampleur du régime d’apartheid d’Israël » (Agnès Callamard)

C’est comme cela qu’on arrive très sérieusement à un rapport d’Amnesty International intitulé en 2022 : « L’apartheid d’Israël contre la population palestinienne : un système cruel de domination et un crime contre l’humanité ». Ce document est mensonger, trompeur, partial, il mélange tout et omet le principal. Bref, un parfait outil de propagande. Jugez de l’exergue de sa secrétaire générale, Agnès Callamard : « Notre rapport révèle la véritable ampleur du régime d’apartheid d’Israël. Que ce soit dans la bande de Gaza, à Jérusalem-Est, à Hébron ou en Israël, la population palestinienne est traitée comme un groupe racial inférieur et elle est systématiquement privée de ses droits. Nous avons conclu que les politiques cruelles de ségrégation, de dépossession et d’exclusion mises en œuvre par Israël dans tous les territoires sous son contrôle constituent clairement un apartheid […] ».

« Groupe racial inférieur », ça a des petits airs de Mein Kampf, au mot près. Mais au moins, Hitler ne se la jouait pas défenseur des Droits humains. Car

Page intérieur du livre "Protocoles des Sages de Sion" édité en anglais (Londres) en 1920

Page intérieur du livre « Protocoles des Sages de Sion » édité en anglais (Londres) en 1920

aujourd’hui, c’est la nouvelle bannière de tous ceux que la haine d’Israël rassemble : les droits de l’Homme, la justice universelle, les bons sentiments. Il fallait oser, ils l’ont fait. Et ça marche.

Qu’on ne s’y trompe pas : aucune de ces actions (rapport Amnesty, ONG pro-palestinienne, ONU etc.) ne contribue pas au bien-être des Palestiniens. Elles sapent toute perspective de conciliation entre les Israéliens et les Palestiniens, et laisse les jeunes générations de Palestiniens endoctrinées dès le berceau.

Toutes les accusations portées sont une tache indélébile, aussi mensongères et grotesques soient-elles.

En revanche, elles réussissent à entacher l’État juif durablement. Durablement ? Pour toujours. Comme dans l’histoire de ce petit garçon qui ment à longueur de journée, à propos de tout et de tout le monde. Les villageois s’en plaignent à la doyenne du village, qui convoque le petit garçon et lui demande un service : prendre les plumes de ces vieux oreillers, monter sur la colline et les disperser au vent. Ce que fait l’enfant, heureux de pouvoir aider la doyenne. Puis celle-ci lui demande d’aller chercher toutes les plumes. « Mais c’est impossible ! » répond le petit garçon. « Oui, c’est impossible enchaîne la doyenne. Comme les mensonges que tu as répandus. »

C’est pourquoi toutes les accusations portées sont une tache indélébile, aussi mensongères et grotesques soient-elles. Malgré Vatican II et Jean XXIII qui a levé ce mensonge, certains accusent toujours les Juifs de déicide, 2000 ans après. Ils sont encore nombreux à croire à l’accusation moyenâgeuse de crimes rituels pratiquées par les Juifs sur des enfants non juifs. L’ONU a eu beau abroger sa résolution sionisme = racisme il y a 31 ans, ce slogan est pour beaucoup vivace. Quant aux mythes du complot (juif, bien sûr), on ne les compte plus. Et là encore, ça nous vient de Russie, mais celle des tsars cette fois-ci, avec leurs Protocoles des sages de Sion.

Alors il reste les gens de bonne foi, et heureusement il y en a. Mais que peut quelqu’un animé de bonnes intentions qui est matraqué par des slogans, des sionisme = racisme, des Israël apartheid, des génocides palestiniens et j’en passe ? La propagande, comme son nom l’indique, ça se propage, ça percole, ça pénètre les esprits. Il en faut du courage pour résister à ce rouleau compresseur.

 

Notes

1 Lire les mémoires du général Pacepa, ancien chef des services de renseignements roumains sous Ceausescu Horizons Rouges (1987), où il raconte comment Yasser Arafat a été financé, endoctriné et formé par le KGB dans son école des opérations spéciales de Balashikha, à l’Est de Moscou, au milieu des années 60.

2 Lire notre Point histoire « Le jour où le vote de la honte s’est imposé à l’ONU »

 

Olga Meshoe, Does Israel discriminate against Arabs video 25sept

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire notre dossier Apartheid

 

Vous aimez ? Partagez...
   Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.