France, Israël : savoir nommer les choses

France, Israël : savoir nommer les choses

Entre la France et Israël, les liens sont forts et nombreux : culture, science, valeurs, humour etc. Malheureusement, il y a désormais un champ commun dont on se serait bien passé, un champ de bataille : la guerre au terrorisme et à l’idéologie qui le soutient, d’où qu’elle vienne.

Propagande islamiste en territoire palestinien et portrait de Hallel Yaffe, israélienne de 13 ans assassinée au couteau par un Palestinien

Propagande palestinienne et attentats au couteau. Hallel Yaffe, israélienne de 13 ans, poignardée dans son sommeil en juin 2016 par un Palestinien. Son lit ensanglanté.

La France n’a pas hésité à venir s’instruire en Israël des méthodes de lutte contre le terrorisme, mais elle a une fâcheuse tendance à ne pas assumer publiquement que cette guerre est commune. Fâcheux aussi de considérer qu’il y a une différence entre un civil israélien tué par une attaque au couteau et une attaque au couteau qui tue un civil en France. Regrettable enfin, le retard à l’allumage de la France quand, au tout début des années 2000, elle refusait de reconnaître la flambée d’antisémitisme, parce que cet antisémitisme-là venait de populations qu’on n’avait pas envie de stigmatiser, elle venait de « musulmans ».

Or ces musulmans n’étaient pas les musulmans. C’étaient, ce sont en France des voyous endoctrinés. Des barbares Manifestation suite à la mort de Sarah Halimiidéologisés qui se prennent pour des justiciers de l’islam, histoire de mourir avec un vernis de bonne conscience. Quand on disait en France « s’en prendre aux Juifs, c’est s’en prendre à la République », à France-Israël, on disait : « on commence par s’en prendre aux Juifs, mais cela finira par toucher petit à petit toute la société. » Les Juifs sont un marqueur, l’antisémitisme est le début du processus de haine de l’autre. Or ce processus a été minimisé, voire carrément nié. Comme lorsqu’on balance dans son sommeil une vieille dame par la fenêtre en la traitant de « sheitan » et aux cris de « Allah akbar », et qu’on vient d’une mosquée réputée salafiste du 11e arrondissement de Paris dont on connaît les prêches belliqueux.

Alors oui, nous saluons aujourd’hui les premières mesures qui visent à resserrer l’étau autour des organisations qui participent à cette guerre islamiste, parfois même sans se cacher, le plus souvent en se dissimulant derrière un paravent de défense des droits de l’homme. En se demandant tout de même pourquoi il lui a fallu tant de temps pour comprendre, ou pour réagir, malgré tous les curseurs au rouge.

Si nous supportons stoïquement que la France soutienne de façon pavlovienne les résolutions onusiennes – proposées et parrainées par tout ce que le monde compte de dictatures – accusant Israël de tous les maux réels et imaginaires, dans un rituel surréaliste1 et bien huilé, où Israël est le seul pays cloué au pilori ;

Si nous subissons avec lassitude l’inversion chronologique dans les dépêches AFP, qui fait passer Israël pour l’agresseur, lui déniant son droit de se défendre2 contre les attentats au couteau, les voitures-béliers ou les missiles lancés depuis Gaza ou le Liban ;

Marwan Barghouti terroriste nommé citoyen d'honneur de la ville d'AubervilliersSi nous constatons tristement que l’on piétine les morts quand ils sont israéliens, en encensant les terroristes palestiniens responsables de leur meurtre, de Stains à Aubervilliers, en passant par Vandoeuvre-les-Nancy et Brest3 ;

Si nous entendons le silence de la France quand des groupes terroristes canardent les populations civiles d’Israël depuis la bande de Gaza ; ou quand l’Autorité palestinienne n’a aucun mot pour condamner les meurtres de l’église à Nice ou la décapitation de Samuel Paty, mais en a pour condamner les caricatures de Mahomet qui, dit-elle, « nourrissent le climat de haine »4… ;

Si nous continuons de voir, impuissants, l’Israël-bashing dans les universités françaises où l’on empêche le débat en laissant les boycotteurs bâillonner toute parole qui contredit la pensée binaire Israël bourreau / Palestiniens victimes ;

Titre du New York Times après le meurtre de Sameul Paty et la neutralisation du terroriste par la police françaiseNous ne nous réjouissons pas pour autant de voir ces mêmes idéologues accuser la France de tous les maux, de vouloir l’acculer en l’accusant d’islamophobie, elle qui garantit admirablement le droit de tous ses citoyens. Nous sommes dépités lorsque de nombreux médias, à commencer par les médias anglo-saxons5, et une partie de l’intelligentsia, inverse les victimes et les bourreaux à propos des attentats terroristes en France. Nous sommes du côté de la France et des victimes du terrorisme quand une cohorte de relativiste, d’adeptes du « oui, mais », pense sincèrement (ou pas) que de simples dessins peuvent justifier l’hystérie sanglante.

Oui, France-Israël, comme Israël, se tient aux côtés de la France durement éprouvée par le terrorisme. France-Israël, comme Israël, soutient sa laïcité, sa liberté d’expression et le droit de critiquer toutes les religions et leurs prophètes, il est du côté des enseignants et de toutes les victimes du terrorisme. France-Israël, comme Israël, sait quelle guerre islamiste la France subit, et que rien, absolument rien, ne justifie le meurtre de civils, de policiers ou d’agents de la Nation.

 

1 Début novembre, l’Assemblée Générale de l’ONU a adopté 7 résolutions contre Israël et, dans le même temps, n’a produit aucune résolution sur la condition des droits de l’homme au Venezuela, au Pakistan, en Algérie, à Cuba,en Arabie-Saoudite, en Iran, en Turquie ou en Chine, où l’on emprisonne, torture, discrimine à tout-va. Sans compter les tirs de roquettes des groupes palestiniens depuis la bande de Gaza sur Israël, qui laissent l’ONU totalement muette.

2  Un exemple parmi cent-mille : « Frappes israéliennes sur Gaza, nouveaux tirs de roquettes vers Israël » (titre). Premier paragraphe : « L’armée israélienne bombardait mercredi 16 septembre des sites de la bande de Gaza dans la foulée de tirs de roquettes depuis cette enclave vers Israël »

3 Marwan Barghouti citoyen d’honneur de plusieurs communes en France, Salah Hamouri reçu avec honneur à Brest

https://palwatch.org/page/18338

5 Assassinat de Samuel Paty : « Le titre du « New York Times » était indécent ». Le New York Times titrait : « La police française tire et abat un homme après une attaque meurtrière au couteau dans la rue ».

 

Vous aimez ? Partagez...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.