L’UE réexamine son aide à la Palestine

L’UE réexamine son aide à la Palestine

Massacres du 7 octobre et ONG : Importants développements cette semaine en provenance d’Europe, en particulier de l’Union européenne et de la Suisse, concernant la lutte contre l’incitation à la haine et à la violence émanant d’ONG anti-israéliennes1.

La Commission européenne a publié les résultats de son réexamen de son aide financière en faveur des Palestiniens. Loin de répondre aux attentes en matière de lutte contre le financement du terrorisme, le rapport a le mérite d’adresser le sujet de l’incitation à la haine et à la violence émanant d’ONG.

La Commission va introduire des clauses contractuelles de non-incitation à la haine et à la violence dans les nouveaux contrats.

Cela fait suite à des allégations contre des ONG récipiendaires de fonds européens qui ont vu leur paiement suspendu dans l’attente de clarifications.

 

Conditions aux récipiendaires palestiniens de l'argent européen selon allégations incitation haine et violence

 

En Suisse- suite à une enquête déclenchée après les massacres du 7/11, le Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) a annoncé le 22 novembre mettre fin à ses contrats avec 3 ONG dont les groupes palestiniens PNGO et PCHR. En cause, le non-respect d’une clause contractuelle anti-discrimination.

 

Communiqué du Département fédéral des affaires étrangères suisse annonçant le 22/11/23 mettre fin à ses contrats avec 3 ONG palestiniennes dont les groupes palestiniens PNGO et PCHR. En cause, le non-respect d'une clause contractuelle anti-discrimination.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notons que ces 2 ONG sont soutenus par de nombreux États européens et la Commission européennes. Actuellement, la Commission européenne subventionne PNGO et PCHR pour un montant total de 1.7 millions €.

 

Contrat entre l'Union Européenne et l'ONG palestinienne PNGO en 2021 pour 1,25 millions d'euros

Contrat entre l’Union Européenne et l’ONG palestinienne PNGO en 2021 pour 1,25 millions d’euros

 

La France n’étant pas très transparente sur son aide, il est difficile de savoir si elle finance ces 2 ONG. Par contre, ce qui est sûr, c’est que le PCHR et le PNGO ont été récompensés par la France.

Tweet Ambassade France en Israël sur décoration association palestinienne juillet 2021

Enfin, notons qu’en mai 2023, le PCHR avait publié un communiqué soutenant la lutte armée contre Israël. L’ONG des « droits de l’homme » avait été contrainte de se rétracter.

 

Communiqués de l'association palestinienne PCHR en mai 2023, avant et après rétractation

 

Voici plus d’information sur le PNGO, qui avait par ailleurs condamné le Royaume-Uni pour avoir classé le Hamas comme organisation terroriste :

PNGO est un réseau d’ONG palestiniennes subventionné par la commission européenne à hauteur de 1.25 million € (2021-2024).

Rappelons qu’en 2021 le PNGO avait condamné le Royaume-Uni pour avoir désigné le Hamas comme organisation terroriste.

 

PNGO condamne Royaume-Uni pour déclarer Hamas organisation terroriste Mai 2021

 

Rappelons que c’est le PNGO qui s’était opposé à la clause anti-terroriste 1.5 bis introduite par l’Europe (2019) et avait condamné la Norvège pour avoir exigé le recouvrement de ses fonds après avoir découvert que le centre qu’elle finançait portait le nom d’une terroriste responsable de l’assassinat de 38 Israéliens.

 

PNGO, association palestinienne, condamne la Norvège qui lui demande de restituer les fonds à cause d'une école nommée d'après une terroriste responsable de l'assassinat de 38 Israéliens

Enfin, c’est le PNGO qui avait fait polémique (2009) en condamnant le programme de partenariat pour la paix de l’UE car il encourageait la « normalisation entre les organisations de la société civile palestinienne et israélienne.

 

 

Source : Twitter, threads de Vincent Chebat

 

1 Voir notre article à ce sujet « UE, fonds européens et incitation palestinienne à la haine« , 29 juin 2020

Vous aimez ? Partagez...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.