Luc de Barochez – La supercherie de « l’apartheid » israélien

Luc de Barochez – La supercherie de « l’apartheid » israélien

Débats Les éditorialistes du Point

ÉDITO. En reprenant l’accusation contre l’État hébreu, Amnesty International commet non seulement un mensonge historique, mais aussi une faute politique.

Luc de Barochez, rédacteur en chef du service Monde du Point

Luc de Barochez, rédacteur en chef du service Monde du Point

Par Luc de Barochez

Publié le 08/02/2022 à 07h30

Israël, coupable d’apartheid contre les Palestiniens ? L’accusation, ancienne, est revenue au premier plan avec le rapport qu’Amnesty International lui a consacré le 1er février. Le statut de la Cour pénale internationale, rédigé en 1998, décrit l’apartheid comme un ensemble d’« actes inhumains » visant à perpétuer un « régime institutionnalisé d’oppression systématique et de domination » d’un groupe racial sur un autre. En clair, un crime contre l’humanité. Amnesty conclut que l’État d’Israël considère et traite la population palestinienne comme un groupe racial « non juif » inférieur.

La charge a beau être accablante, elle est factuellement erronée, moralement injuste et politiquement contre-productive. La supercherie est dévoilée par les auteurs du rapport eux-mêmes qui soulignent (page 14 de la version originale anglaise) que le traitement des Palestiniens par Israël n’est ni « identique » ni même « comparable » à la manière avilissante dont la minorité blanche sud-africaine opprimait les Noirs entre 1948 et 1994.

Un travestissement de l’Histoire

Dès lors, pourquoi établir un parallèle ? Pourquoi brandir le terme d’apartheid, dont Amnesty n’use pas pour décrire le sort des Kurdes en Turquie, ni celui des travailleurs du sous-continent indien dans les monarchies du Golfe, ni même le traitement des musulmans dans la région du Xinjiang en Chine, enfermés par centaines de milliers dans des camps de « rééducation » et stérilisés de force par les autorités communistes ?

On n’ose imaginer qu’il s’agisse simplement de diaboliser l’État juif, de lui signifier qu’il n’a pas sa place dans le concert des nations. De fait, Amnesty s’inscrit dans le droit fil de la résolution de 1975 de l’Assemblée générale de l’ONU, qui assimilait « sionisme » et « racisme ». Bien que la même Assemblée eût révoqué ce texte en 1991, la thèse a prospéré, portée par la vague « woke » qui place les questions identitaires et raciales au centre de la grille de lecture des rapports de domination. Elle a resurgi à la conférence de Durban organisée par l’Unesco en 2001, ou dans le boycott de produits israéliens lancé par des ONG qui invoquent leur « antisionisme », nouvel avatar « éveillé » de l’antisémitisme.

Amnesty, cependant, va un cran plus loin. Son rapport met dans le même panier non seulement la politique d’occupation menée par Israël, et en particulier les implantations de population juive en Cisjordanie qui sont illégales au regard du droit international, mais aussi les discriminations contre les citoyens arabes d’Israël. Ceux-ci (20 % de la population israélienne) sont pourtant représentés au gouvernement, au Parlement, à la Cour suprême… Issawi Frej, deuxième ministre musulman de l’histoire d’Israël, militant de gauche humaniste entré en 2021 au gouvernement, a résumé ce qu’il fallait penser du rapport d’Amnesty : « Israël a beaucoup de problèmes qui doivent être résolus, dans le pays et aussi, évidemment, dans les territoires occupés, mais Israël n’est pas un État d’apartheid. »

 

Lire dans Le Point

Vous aimez ? Partagez...
   Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.