Les personnes derrière les mensonges d’Amnesty

Les personnes derrière les mensonges d’Amnesty

RICKI HOLLANDER

Bien avant leur campagne actuelle de diffamation, ces individus avaient établi leur bonne foi en tant que diffamateurs de l’État juif prêts à fabriquer des faits pour atteindre leur objectif.

6 février 2022 / JNS

Le dernier rapport d’ Amnesty International  accusant Israël d’être un régime d’apartheid continue d’être exposé pour ce qu’il est : une partie d’une campagne de propagande  généralisée et fallacieuse  visant à délégitimer l’État juif. Bien que les auteurs du rapport ne soient pas nommés par l’organisation, ce sont les personnes qui promeuvent publiquement la campagne et la soutiennent. Bien avant leur campagne actuelle de diffamation, ils ont établi leur bonne foi en tant que diffamateurs de l’État juif prêts à fabriquer des faits pour atteindre leur objectif.

Agnès Callamard

Agnes Callamard portrait

Agnes Callamard

Agnès Callamard, Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires et arbitraires lors de la Conférence mondiale pour la liberté des médias à Londres, le 10 juillet 2019. Callamard a été nommé secrétaire général d’Amnesty International en mars 2021.
Son obsession de diaboliser l’État juif s’étend jusqu’au mensonge sur l’ancien Premier ministre israélien Shimon Peres et le rôle d’Israël dans la mort de Yasser Arafat. Elle a faussement affirmé que Peres avait admis que le chef de l’OLP avait été assassiné [par Israël], bien qu’il n’ait rien dit de tel. Même lorsque son mensonge a été révélé publiquement, Callamard a refusé de le retirer de son compte Twitter, où il demeure toujours . Cela ne l’a pas empêchée d’être nommée Rapporteuse spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires pour le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, notoirement biaisé, où elle a siégé de 2016 à 2021, juste avant d’assumer son dernier poste à Amnesty International.

Elle a vanté le boycott d’Israël sur son compte Twitter :

Tweet d'Agnes Callamard de 2013 en faveur du boycott d'Israël

Quand, en 2018, le Hamas a encouragé son peuple à démolir violemment la frontière entre Israël et Gaza et à « mettre en œuvre le droit au retour » comme une « nouvelle phase de la lutte nationale des Palestiniens sur la voie de la libération de toute la Palestine, du fleuve à la mer », Callamard, en sa qualité de rapporteur spécial du CDH, a défendu les tentatives violentes d’éliminer l’État juif comme « un exercice légitime des droits à la liberté d’expression ». Elle a condamné les mesures prises par Israël pour protéger ses soldats et sa frontière.

Malgré la vidéo et les photographies montrant des émeutiers jetant des pierres, plaçant des explosifs sur la clôture, tirant sur les troupes israéliennes de l’autre côté et appelant au meurtre de Juifs, Callamard et ses acolytes ont insisté sur le fait que les violentes émeutes étaient « pacifiques » : « Il n’existe aucune preuve disponible suggérant que la vie des forces de sécurité lourdement armées ait été menacée. Israël a ignoré les demandes répétées de la communauté internationale d’enquêter de manière crédible et de poursuivre les allégations substantielles d’homicides injustifiés par ses forces de sécurité », a-t-elle déclaré.

Elle s’oppose publiquement à Israël en tant qu’État-nation des Juifs,  déclarant : « Comment pouvez-vous soutenir une loi qui fait une distinction entre citoyenneté et nationalité sur la base de votre race ? C’est ahurissant pour moi.

Philip Luther

Philip Luther portrait

Philip Luther

Philip Luther est directeur de la recherche et conseiller principal à Amnesty International

Amnesty International affirme – contrairement à l’opinion de la plupart des autorités judiciaires – que les Palestiniens ont le droit légal de retourner en Israël. Luther promeut ce soi-disant « droit au retour » – qui est largement reconnu comme un moyen d’éliminer l’État juif – pour résoudre le conflit arabo-israélien. Il déclare : « Il ne peut y avoir de solution durable à la crise des réfugiés palestiniens tant qu’Israël ne respecte pas le droit au retour des réfugiés palestiniens.

Interrogé sur l’examen et la condamnation disproportionnés d’Israël, par rapport à ceux de tout autre pays, Luther revient au vieux trope antisémite du pouvoir et du contrôle juifs, insistant sur le fait qu’Israël « a réussi à mettre fin à l’examen en utilisant la puissance de ses relations …. vous pouvez regarder l’inaction de l’ONU. Parce que [Israël] a de l’influence sur de puissants alliés qui parviennent ensuite à l’arrêter, à arrêter le contrôle.

Saleh Hijazi

Saleh Hijazi portrait

Saleh Hijazi

Hijazi est actuellement directeur régional adjoint de la branche Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) d’Amnesty International et dirige son bureau de Jérusalem.

Élevé à Ramallah, Hijazi est un militant anti-israélien de longue date qui cherche à éliminer l’État juif. Il a auparavant travaillé comme responsable des relations publiques pour le bureau du ministère de la Planification de l’Autorité palestinienne à Ramallah, et avec le Mouvement de solidarité internationale qui encourageait la « lutte armée légitime » des Palestiniens contre Israël. Il a loué et présenté des photos de terroristes palestiniens notoires sur sa page Facebook.

Il est un militant de longue date contre une solution à deux États qui appelle à mettre fin à l’État juif sous le couvert des droits de l’homme : « Le principal problème aujourd’hui est que nous ne pouvons pas concilier le discours des droits de l’homme adopté par le mouvement palestinien et le projet colonial d’État-nation qui continue de se jouer dans notre région. Au lieu de perdre du temps à délibérer sur quel État et comment l’obtenir, nous devons affirmer que toute solution « étatique » dans les limites de la Palestine sous mandat n’est qu’une étape vers une colonisation complète. La solution au conflit doit être régionale et transfrontalière, avec des implications internationales importantes et aller au-delà de la limitation de la libération nationale selon les tracés coloniaux… ».

Il fait publiquement campagne pour le mouvement BDS et a appelé à « un boycott général des produits israéliens » : « Quand quelqu’un achète des produits israéliens, il finance l’occupation de notre terre… Israël a la mainmise sur notre économie… nous devons continuer à résister et agir… Résister ! Boycotter! Nous sommes l’Intifada ! »

Orly Noy

Orly Noy portrait

Orly Noy

Née en Iran, Noy a émigré en Israël avec sa famille pendant la révolution islamique de 1979.

Elle nie que l’antisémitisme soit, ou ait jamais été, un facteur parmi les dirigeants islamiques iraniens. Noy s’oppose fermement à  la notion d’État juif : « L’idée même d’Israël en tant que ‘démocratie juive’ est une déclaration de guerre démographique contre les Palestiniens parce que l’impératif est de maintenir une démocratie juive… ».

Noy est une militante anti-israélienne de longue date dans le moule du groupe antisioniste et marginal israélien Black Panther des années 1970. Elle est membre du conseil d’administration de B’tselem, le groupe israélien qui a lancé l’actuelle campagne de diffamation qui accuse Israël d’être un État d’apartheid. B’tselem a poussé la barre plus loin que les campagnes précédentes, allant jusqu’à utiliser des tropes nazis sur la suprématie juive pour diaboliser Israël.

Noy appelle à une intervention internationale contre Israël et est signataire d’une pétition d’un groupe marginal de juifs israéliens qui s’unissent avec des non-juifs pour rejeter l’autodétermination juive dans la patrie historique juive. Réutilisant les tropes nazis sur la suprématie, la  pétition  déclare : « En tant qu’individus appartenant au côté de l’oppresseur, et qui ont essayé pendant des années de changer l’opinion publique en Israël afin de changer les fondements du régime actuel, nous sommes depuis longtemps arrivés à la conclusion qu’il est impossible de changer le régime juif, régime suprémaciste, sans intervention extérieure… ».

 

Ricki Hollander est analyste senior chez CAMERA, le Comité américain pour l’exactitude des reportages au Moyen-Orient.

 

Orginal anglais : https://www.jns.org/opinion/the-people-behind-amnestys-lies/

 

Vous aimez ? Partagez...
   Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.