Un enfant liseur fait un senior en pleine santé cognitive

Un enfant liseur fait un senior en pleine santé cognitive

Une enfance remplie de livre est de nature à lutter contre le déclin cognitif lié à l’âge, indépendamment de toute maladie neuro-dégénérative. En effet, une récente analyse permet d’établir une corrélation entre la préservation de la mémoire, du langage et de la cognition des personnes âgées de plus de 65 ans et un environnement « lecteur » dans leur enfance.

Galit Weinstein

Galit Weinstein de l’Université de Haïfa

Ella Cohn-Schwartz

Ella Cohn-Schwartz, de l’université Ben Gourion du Néguev

En bref, lire dès le plus jeune âge permet de prévenir le déclin cognitif, selon une étude conjointe de Galit Weinstein de l’université de Haïfa, de Ella Cohn-Schwartz de l’université Ben Gourion du Néguev, et de Noam Damri du Centre de données gériatriques d’Israël. Leur étude se base sur une analyse des résultats de SHARE (Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe)*. En gros, une maison qui contient entre 11 et 25 livres pour enfant suffit pour ralentir le processus de vieillissement cognitif.

Leur prochaine étude portera sur les effets à long terme de la transition de la lecture papier à la lecture sur écran….

 

 

* L’enquête européenne SHARE (Survey on Health, Ageing and Retirement in Europe : Enquête sur la Santé, le Vieillissement et la Retraite en Europe) est une enquête longitudinale, multidisciplinaire et internationale concernant plus de 80.000 européens de 27 pays âgés de 50 ans et plus.

Vous aimez ? Partagez...
   Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.