4 mythes et faits concernant la violence à Jérusalem

4 mythes et faits concernant la violence à Jérusalem

Alors que les derniers jours du Ramadan ont attiré les musulmans à la mosquée Al-Aqsa pour prier et que la célébration de la réunification de Jérusalem a attiré les marcheurs dans les rues pour faire la fête, une vague de violence qui ne cessait de s’amplifier depuis des semaines a atteint un crescendo lundi [10 mai 2021] lorsque le Hamas a tiré plus de 150 roquettes en direction de Jérusalem et de diverses villes du sud d’Israël, obligeant des millions d’Israéliens à se réfugier dans des abris anti-bombes.

Voici quatre mythes médiatiques qui circulent sur les médias sociaux et qui déforment les raisons de cette violence qui a dégénéré au bord de la guerre.

1- Mythe : La police israélienne a lancé un assaut contre la mosquée Al Aqsa à la fin du Ramadan

La mosquée Al-Aqsa sert de provision de pierres pour les émeutiers - Mai 2021

La mosquée Al-Aqsa sert de provision de pierres pour les émeutiers – Mai 2021

FAIT : La violence à laquelle nous assistons est le résultat d’une incitation palestinienne, et non d’une agression israélienne. Dans les jours qui ont précédé les émeutes sur le Mont du Temple, les Palestiniens ont stocké des dalles de pierre, des pierres et des feux d’artifice autour du site. Des milliers de fidèles quittant la prière du vendredi ont jeté des pierres sur les policiers israéliens qui gardaient le site et qui ont réagi en conséquence. Des vidéos de l’intérieur de la mosquée montrent des grenades paralysantes atterrissant à l’intérieur des salles de prière, alors que les projectiles utilisés pour disperser la foule à l’extérieur sont passés par des portes laissées grandes ouvertes.

Mai 2021, durant le Ramadan, des musulmans ont stocké des pierres et des dalles pour les jeter sur les forces de l'ordre Mai 2021, durant le Ramadan, des musulmans ont stocké des pierres et des dalles pour les jeter sur les forces de l'ordre

Le fait de laisser l’espace de culte plus vulnérable amplifie le cri de guerre bidon selon lequel « Al Aqsa est en danger », qui a servi à fomenter les protestations et la violence pendant des années. Parallèlement, l’ingérence de l’Iran attise également les tensions. À l’approche de la Journée de Jérusalem, qui est depuis longtemps un point sensible du calendrier iranien, l’ayatollah Ali Khamenei a écrit que « les efforts des Palestiniens et le sang pur des martyrs de la résistance ont réussi à multiplier par centaines la puissance interne du Djihad palestinien. Autrefois, les jeunes Palestiniens se défendaient en lançant des pierres, mais aujourd’hui ils répondent aux attaques de l’ennemi par des missiles de précision. »

Les médias sociaux ont également été utilisés par la jeunesse arabe pour inciter à la violence. Au cours du mois dernier, une nouvelle tendance est apparue sur les médias sociaux, consistant à agresser physiquement des Juifs visiblement orthodoxes et à poster les attaques sur TikTok.

Capture d'écran de Tik Tok montrant un musulman giflant un Juif dans un bus à Jérusalem, avril 2021

Capture d’écran de Tik Tok montrant un musulman giflant un Juif dans un bus à Jérusalem, avril 2021

 

2- Mythe : le prétendu « assaut sur Al Aqsa » est un effort juif pour supprimer la liberté religieuse.

FAIT : Jamais dans l’histoire, il n’y a eu plus de liberté religieuse et de protection pour tous les fidèles à Jérusalem que depuis qu’Israël a pris le contrôle de la ville en 1967. Lorsque la Jordanie régnait sur la ville, les Juifs se voyaient refuser l’accès au Mur occidental et au cimetière du Mont des Oliviers, où les Juifs enterrent leurs morts depuis plus de 2 500 ans. Près de soixante synagogues ont été détruites ou transformées en étables ou en poulaillers et les pierres tombales juives ont été broyées et utilisées pour paver les routes. La Jordanie a également adopté des lois interdisant aux institutions chrétiennes d’acquérir des biens immobiliers et limitant le nombre d’écoles chrétiennes pouvant être ouvertes.

Après la guerre de 1967, Israël a aboli toutes les lois discriminatoires de la Jordanie et a rendu illégal le fait de restreindre l’accès aux lieux sacrés. Israël confie également la surveillance des lieux saints à leurs autorités religieuses respectives. Par exemple, le Waqf musulman supervise les mosquées du Mont du Temple tandis qu’Israël supervise la sécurité.

 

3- Mythe : L’expulsion de plus de 30 familles de leurs maisons à Sheikh Jarrah, un quartier de Jérusalem-Est, est un exemple de nettoyage ethnique.

FAIT : Tout d’abord, l’affaire concerne six familles. Deuxièmement, la Cour suprême israélienne n’a pas encore statué sur la question de savoir si les propriétaires peuvent expulser les familles qui sont locataires à titre gracieux sur le terrain depuis les années 1980.

Mais plutôt que d’attendre une décision de justice, les Palestiniens ont fait de ces familles des vedettes, provoquant de violents affrontements avec la police israélienne et des extrémistes juifs.

Le litige à Sheikh Jarrah est né en 1876, lorsque le terrain, qui abrite la tombe d’un grand prêtre juif vénéré dans l’Antiquité, était sous domination ottomane. Cette année-là, des propriétaires terriens palestiniens ont vendu le terrain à deux fiducies juives.

La Jordanie s’est emparée du terrain lors de la guerre israélo-arabe de 1948 et y a construit des dizaines de maisons pour loger les familles palestiniennes qui avaient fui ce qui est devenu Israël.

Après la prise de Jérusalem-Est par Israël en 1967, les Juifs ont été autorisés à récupérer les biens qui leur appartenaient avant 1948. Les fiducies juives ont repris la propriété des maisons sur le terrain, mais l’ont ensuite vendu. Les nouveaux propriétaires ont tenté d’expulser les résidents depuis lors.

La question est maintenant entre les mains de la Cour suprême israélienne et du procureur général d’Israël. La semaine dernière, la Cour avait exhorté les parties à tenter de trouver un compromis, mais les résidents palestiniens ont refusé. Une audience qui devait avoir lieu cette semaine a été reportée à la demande du procureur général afin d’éviter d’attiser davantage les tensions dans la ville.

Vidéo expliquant la situation à Sheikh Jarrah

 

4- Mythe : Cette violence est liée à la bataille pour la souveraineté de Jérusalem.

FAIT : Le conflit sur Jérusalem n’alimente qu’une partie des tensions. La rivalité interne entre deux partis politiques palestiniens, le Hamas et le Fatah, et la décision du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas de reporter une nouvelle fois les élections expliquent également une partie de la violence. Le Hamas n’étant pas très présent à Jérusalem, le groupe terroriste s’est emparé de ce conflit et a recruté des Palestiniens de Jérusalem pour l’aider à atteindre ses objectifs.

Lundi, le Hamas a tiré des roquettes sur Jérusalem après qu’Israël a ignoré un ultimatum lui demandant de retirer son personnel de sécurité de l’enceinte de la mosquée et de Sheikh Jarrah et de libérer les émeutiers palestiniens détenus lors des derniers troubles. Le groupe terroriste islamiste, qui cherche ouvertement la destruction d’Israël, dispose d’un vaste arsenal de missiles et de roquettes capables de frapper n’importe où en Israël. Avant les attaques à la roquette de lundi, le Hamas avait tiré une série de roquettes sur le sud d’Israël et ses militants avaient lancé des dizaines d’engins incendiaires aériens au-dessus de la frontière, provoquant des incendies dans certaines parties d’Israël proches de la frontière de Gaza.

Dans une allocution publique diffusée sur Al-Aqsa TV ce week-end, un dirigeant politique du Hamas désigné comme terroriste par le département d’État américain a appelé les Arabes de Jérusalem à « couper la tête des Juifs ». Il a ajouté qu’un couteau ne coûte que 5 shekels. « Avec ces cinq shekels, vous allez humilier l’État juif ».

Source : « 4 Myths and Facts About the Violence in Jerusalem« , American Jewish Committee, 10 mai 2021

Vous aimez ? Partagez...
   Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.