L’impact de la crise du coronavirus sur la nature en Israël

L’impact de la crise du coronavirus sur la nature en Israël


Billet du correspondant en France de la SPNI

La Société pour la Protection de la Nature en Israël (SNPI) est la principale ONG écologique en Israël

Papillon monarque, photo de la SNPI (Société de Protection de la Nature en Israël)

J’espère que ce message vous trouvera, où que vous soyez, en bonne santé et dans un confinement qui ne soit pas trop pénible.

Ici à Tel-Aviv, entre le marché Carmel et la plage, il règne un calme très surprenant et un peu inquiétant. Vous ressentez probablement comme nous que nous faisons partie du même village planétaire. Si les bouleversements climatiques ne vous ont pas encore convaincu que toute l’humanité est connectée dans le même écosystème planétaire, la pandémie du coronavirus est là pour nous le rappeler.

Pour la première fois depuis un an et demi, Israël semble arriver à la formation d’un nouveau gouvernement. Selon l’accord de coalition, Benjamin Netanyahu sera Premier ministre pendant 18 mois, puis il sera remplacé par Benny Gantz, mais pendant encore de longs mois, aucun membre du gouvernement ne pourra quitter le pays, pas plus que la plupart de nos concitoyens et les résidents en Israël.

La SNPI en crise

Fleurs mauves et coquelicot fleurissent dans le désert près de la mer Morte en IsraëlLa plupart des activités de la SPNI sont à l’arrêt depuis fin mars, pour cause de confinement : éducation du public, accompagnement par nos guides de randonnées dans tout le pays, accueil dans nos écoles de terrain et réunions publiques. L’arrêt immédiat de toutes ces activités s’est produit au pic de la saison la plus flamboyante du tourisme vert en Israël, où la floraison est la plus éclatante depuis des dizaines d’années, suite à un hiver très arrosé.Société de Protection de la Nature en Israël (SNPI) logo

En Israël, le monde des ONG est au plus mal, et la SPNI ne fait pas exception. L’arrêt de nos activités a mis nos finances au plus mal. Plus de la moitié de nos employés est au chômage technique, sans compensation financière. Les autres ont subi une réduction de leurs heures de travail et de leur salaire.

En temps normal, la SPNI est fière de générer elle-même les deux tiers de son revenu. La situation actuelle est donc très grave : l’impact budgétaire est de l’ordre de plusieurs millions de shekels. Et cela se produit en un temps où notre objectif principal, la protection de la nature en Israël, est plus vital que jamais. La crise du coronavirus démontre la puissance de la nature, en Israël comme partout ailleurs, et qu’il est vital de la respecter et la protéger.

Envol d'oiseaux échassiers, réserve de la Hula en Israël (SNPI)

Ce que nous maintenons

Nous devons donc nous préparer pour l’après crise et positionner la SPNI pour faire face et être forte et résiliente. Cela implique le maintien d’un niveau opérationnel minimum pour toutes nos missions. Voici les activités cruciales que nous maintenons encore en opération :

  • Les évènements et les liens avec le public en ligne comme des présentations quotidiennes de nature sur notre page Facebook en live; une journée spéciale sur le changement climatique ; le développement de matériels pédagogiques en ligne et un calendrier de cours, etc.
  • Fléchage, cartographie et maintenance des sentiers de randonnée. Ces activités vitales se poursuivent sans interruption : nous sommes tous très attachés à la topographie locale, au réseau de sentiers fléchés qui couvre tout le pays et en particulier à l’icône que représente le sentier national d’Israël, trésor qui ne peut être laissé à l’abandon et qui est sous la responsabilité de la SNPI.
  • Lutte contre les projets et initiatives dommageables pour l’environnement. Nous sommes, en particulier, très actifs dans la bataille pour préserver le Nahal Keziv, cours d’eau qu’un projet de Tsahal risque de détruire en faisant une route pour les tanks : nous avons lancé une pétition et tenu notre dernier évènement public avant confinement sur ce sujet. Le service juridique et celui de la planification continuent leurs activités en télétravail, comme les enquêtes sur la nature en ville et d’autres projets scientifiques et professionnels.
  • Projets d’infrastructures : nous continuons à investir pour améliorer nos écoles de terrain afin qu’elles soient opérationnelles dès que le confinement sera levé et que le public voudra retourner dans la nature.

Le shabbat de la nature

La situation ici, comme partout ailleurs, évolue très vite. Nous travaillons de chez nous en télétravail depuis que le confinement ou les quarantaines ont été imposés, montrant ainsi l’archaïsme des structures que sont les « bureaux ».

La cessation de tant de nos activités économiques, de nos déplacements représente un vrai Shabbat (repos) pour la nature : la faune reprend possession des villes (vidéo : sangliers et marcassins dans la ville de Haïfa), les dauphins reviennent dans les ports réduits au silence, la pollution de l’air se dissipe. Cela augure-t-il d’un important changement de perspective après la crise ?

Jeune faon dans l'herbe (photo SNPI)Bientôt, nous pourrons à nouveau aller et venir pour admirer la nature et l’apprécier plus que jamais. Nous ne reviendrons peut-être jamais au statu quo ante. Peut-être choisirons-nous de vivre plus modestement, plus en rapport avec notre fragilité, enfin perçue, plus à proximité de chez nous, plus connectés à la nature. La SPNI sera là pour servir de guide et préserver nos écosystèmes naturels, plus que jamais pour faire face à ce nouveau monde.

Restez en bonne santé et en contact avec nous

SNPI

SNPI France

Norbert LIPSZYC

Norbert LIPSZYC

 

 

 

 

 

norbert@lipszyc.fr

 

Vous aimez ? Partagez...

One thought on “L’impact de la crise du coronavirus sur la nature en Israël”

  1. Bernice Dubois dit :

    Cela m’a fait tès plaisir de retrouver Norbert et les informations sur la vie des animaux et des plantes en Israël.
    Merci pour cela.
    Bernice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.