Edito // Mise à jour [non] disponible pour le logiciel diplomatique de la France

Edito // Mise à jour [non] disponible pour le logiciel diplomatique de la France

Ce n’est pas vraiment un scoop : l’ONU, censée être le garant de la paix et la sécurité mondiales, est depuis longtemps devenue une assemblée de lobbyistes où la paix et le bien-être des populations ne sont plus que des coquilles vides pour ces lobbys. Faire la liste des résolutions totalement absurdes, voire mensongères, énoncées et votées par tous les organes de l’ONU remplirait une encyclopédie.

Le phénomène des « groupes » à l’ONU en dit d’ailleurs long sur la primauté des intérêts politiques. Par exemple, quand l’Assemblée générale de l’ONU repousse une résolution condamnant le Hamas1, c’est parce que le groupe des États arabes appelle à voter contre. Et peu importe si le Hamas pourrit la vie de tout le monde, à commencer par celles des Palestiniens de Gaza.

Logo OMSC’est ce même groupe des États arabes, appuyé par la délégation palestinienne, qui a fait adopter par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) une résolution intitulée « conditions de santé dans les territoires palestiniens occupés, incluant Jerusalem-Est et le Golan syrien occupé » le 22 mai 2019. Et ce n’est pas tant par soucis des Syriens ou des Palestiniens que pour mettre au ban Israël2.

Parce que, voyez-vous, des 21 points à l’ordre du jour de l’assemblée annuelle de l’OMS ce jour-là – points allant de l’élection du président et des vices-présidents de l’OMS aux problèmes de la polio et de la tuberculose, en passant par diverses pandémies et autres budgets à voter – un seul point, le point 14, est dédié à un pays en particulier. Ce n’est pas la Syrie (où Assad et les Russes bombardent des hôpitaux syriens), ni le Soudan, la RDC ou le Venezuela, encore moins le Yemen où 19,7 millions de personnes manquent d’accès aux soins à cause des bombardements saoudiens.

Seul Israël à l’insigne honneur d’être singularisé dans ce document qui l’accuse des crises sanitaires de tous les territoires où il est et où il n’est pas…C’est d’ailleurs le même scénario qui se reproduit année après année à Genève, à l’ubuesque Conseil des Droits de l’homme (un seul pays « mis à l’honneur », vous savez qui, des dictatures tortionnaires qui se blanchissent les unes les autres).

Mais en réalité, il ne s’agit pas du CDH, de l’UNESCO ou de l’OMS en tant que tel (lire à ce sujet le très bon article de Pierre Saba : « Responsabilité de l’OMS dans le conflit israélo-palestinien »). Il s’agit de la France. Qui a voté pour cette résolution de l’OMS (à 96 voix contre 11), au détriment des faits, au détriment des populations qui souffrent, au détriment des valeurs de l’ONU et de la dignité de la France.

Pourtant, il était possible de voter contre. L’Allemagne l’a fait. Le Honduras et le Brésil aussi. Les 5 pays du Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU (UN Watch)Britanniques et le Canada. Ils ont même pris la parole pour dénoncer la politisation de cette assemblée. Mais la France s’est alignée sur la Corée du Nord et le Soudan.

Résolutions contre Israël à l'Assemblée générale de l'ONU en 2018 (UN Watch)Ce n’est pas que notre diplomatie ignore qu’Israël ouvre l’accès aux soins aux Syriens et aux Palestiniens, par seul souci humanitaire (au point d’hospitaliser des leaders palestiniens qui ne lui veulent pas du bien…). C’est qu’elle croit (encore) que caresser les leaders arabes dans le sens du poil en reportant leur responsabilité sur Israël va leur apporter des bienfaits. Tout du moins, limiter les méfaits (attentats, otages et compagnie).

Cela nous fait furieusement penser à Daladier qui, sacrifiant la Tchécoslovaquie à Hitler, pensait s’apporter la paix. L’histoire montre qu’au final, on n’est jamais gagnant à nourrir le mensonge et le déshonneur.

 

1 Un projet de résolution condamnant le Hamas a été repoussé par l’Assemblée générale, 6 décembre 2018.
2 Lire le rapport de UN Watch : « WHO Singles Out Israel As Violator of Health Rights At Annual Meeting », 22 mai 2019

 

 

Vous aimez ? Partagez...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *